m
     
Brochure

H 2 Quelques plantes des moissons des Alpes du Sud

LEGRIS,L. ; HUC,S. ; CHONDROYANNIS,P.

Conservatoire botanique national alpin

11/2013

40p.

4734

Mauvaises herbes, plantes messicoles

Commentaire public : Les plantes messicoles (du latin messis, moisson) habitent nos cultures depuis des millénaires. Coquelicots et bleuets, nielles et adonis sont les compagnes traditionnelles de nos champs de blé. Elles sont adaptées aux milieux régulièrement perturbés par le travail du sol. Leur cycle biologique (germination, croissance, floraison, fructification) est rapide et adapté aux cycles des récoltes des céréales (fructification concomitante à la moisson). De surcroît, elles apportent aux cultures une protection contre les ravageurs en hébergeant des auxiliaires comme les larves d'insectes prédateurs de ces indésirables. Les insectes pollinisateurs, eux aussi, sont attirés par des cultures hautes en couleurs, favorisant ainsi l'entomogamie. Ces services dits "écosystémiques" résultent de la diversité du cortège des messicoles de nos cultures. Cependant, ces espèces (102 taxons dont 7 disparus en France) autrefois largement répandues subissent depuis quelques dizaines d'années une forte régression. Désormais, dans la plupart des cultures, on les trouve réfugiées en bordure de champs où les travaux et les pressions agricoles sont moins forts. En effet, l'intensification des pratiques agricoles nuit aux messicoles et pourrait entraîner rapidement la disparition d'un bon nombre d'entre elles. Une bonne connaissance de leur répartition et de leur biologie est bien entendu primordiale avant toute action. La connaissance des pratiques agricoles favorables aux messicoles est également capitale pour préserver la biodiversité des champs cultivés ; l'implication des acteurs du monde agricole est alors indispensable. Cet enjeu est aujourd'hui reconnu et se traduit par un plan national d'actions en faveur des plantes messicoles pour la période 2012-2017. Le présent livret s'inscrit dans ce cadre général, et dans l'actuel programme de recherches appliquées, mis en oeuvre par l'ACTA (Association de Coordination Technique Agricole) et un ensemble de partenaires dont le Conservatoire botanique national alpin. Il vise simplement à signaler les principales espèces inventoriées sur le territoire des Hautes- Alpes et Alpes-de-Haute-Provence, en renvoyant à des ouvrages spécialisés pour approfondir le sujet.

Mot-clé géo : Alpes du Sud

Site : Conservatoire botanique national alpin

Langue : Français

Lecture Calaméo : http://www.calameo.com/read/0007186550cfa54fc3f8a

0
Z